Le Monde
///

« La cryptomonnaie stable est un OVNI juridique »

Les Etats restent réticents face au développement des monnaies numériques privées, qui sont un puissant levier d’innovation, note l’expert du numérique Vincent Lorphelin dans une tribune au « Monde ».

Tribune. Le bitcoin voulait, dès 2009, être la première monnaie privée numérique. Mais son utilisation insignifiante comme moyen de paiement l’a, pour l’instant, disqualifié en tant que monnaie. Le véritable électrochoc est venu du projet Libra de Facebook. Annoncé en 2019 comme une cryptomonnaie internationale, il a immédiatement provoqué un tollé des gouvernements. Rappelé vigoureusement à l’ordre par Washington, Libra s’est renommé Diem, a promis d’attendre une autorisation fédérale et se limite à n’être qu’un « stablecoin » (une cryptomonnaie stable) du dollar. Comme un jeton de casino, c’est une représentation pratique d’un dollar, garantie par un montant égal de billets dans un coffre, échangeable directement et sans frais entre smartphones.

Cette monnaie privée permettrait aux transferts internationaux, prélevés à 6,5 % aujourd’hui, de devenir quasi gratuits. Elle promet des comptes bancaires sans frais – 1,7 milliard de personnes sont débancarisées –, des prêts instantanés et des services bancaires améliorés grâce au big data. Plusieurs stablecoins sont déjà opérationnels, mais ne sont utilisés que pour le marché des cryptoactifs. Il s’agit des milliers de biens virtuels issus de la blockchain et dont la valeur résulte de l’offre et de la demande.

Le bitcoin est un cryptoactif et non une monnaie privée. Il est certes utilisé comme moyen de paiement par Paypal ou Mastercard, et intronisé comme « monnaie légale » par le Salvador. Mais il y est testé en priorité pour les transferts transfrontaliers, qui pèsent 20 % du PIB du pays, pour bancariser 70 % de la population et desserrer l’étreinte du dollar. Sa volatilité empêchera son adoption en tant que monnaie réelle. En fait, il ressemble plus à de l’or moderne, donc à un actif, qu’à de la monnaie.

Délai entre innovation et réglementation

L’intérêt plus pérenne du bitcoin et des autres cryptoactifs est de fournir une infrastructure à des milliers d’applications pour sécuriser identité, argent, biens matériels et immatériels, pour prêter, emprunter, assurer, investir, prédire, parier, échanger, partager ou coconstruire sans intermédiaire. La multitude des projets en cours dessine un scénario d’innovation puissant pour les prochaines années : les monnaies communautaires, inspirées des monnaies locales comme le wir en Suisse ou l’eusko au Pays basque, se multiplient pour privilégier des territoires ou des réseaux sociaux.

Les cartes de fidélité de type Fnac ou Auchan deviennent des assistants d’achat, en fonction de préférences pour le commerce équitable ou d’intolérances alimentaires. Les micropaiements permettent d’acheter en un clic une musique ou un article. Les microrémunérations permettent à chacun de monétiser ses datas ou de rendre des petits services en ligne. Les microcontrats d’auteurs permettent à chaque contributeur d’un projet collectif de recevoir sa part si ce projet porte des fruits marchands, par exemple un équivalent de Wikipedia ou un projet innovant. Grâce à leurs interfaces sociales immersives, les Big Tech organisent des collaborations massives avec de nouveaux outils dérivés des réseaux sociaux, wikis, jumeaux numériques, documents partagés et visioconférences. Sur le modèle économique d’Uber, ces plates-formes attirent une génération de professionnels accoutumés aux jeux vidéo, aux missions courtes, aux objectifs multiples, au télétravail collectif, à la créativité et à la rémunération calculée automatiquement.

Pourtant, les autorités de régulation rechignent à autoriser les stablecoins. Le blanchiment, le financement du terrorisme, le piratage sont des risques bancaires qu’elles connaissent déjà. Leur véritable crainte provient de l’inévitable délai entre innovation et réglementation. Le stablecoin est un OVNI juridique. On pouvait le tolérer à une échelle réduite, mais il pèse maintenant 100 milliards de dollars. Or le krach éclair de 2013 a montré comment la combinaison des infox, des réseaux sociaux et du trading à haute fréquence pouvait être explosive. A l’échelle des 2 milliards d’utilisateurs de Facebook, ce risque prend une ampleur systémique et fait planer sur la stabilité financière mondiale une menace non identifiée.

Souveraineté technologique

Les Etats-Unis oscillent entre opportunité d’innovation et risque de catastrophe. En ce moment, malgré des postures officielles très fermes, le plateau s’incline légèrement en faveur du stablecoin. Premièrement, les banques ne lui font pas obstacle. Au contraire, elles s’associent avec les Big Tech pour améliorer leur productivité, et elles craignent moins la concurrence des stablecoins que celle des monnaies de banques centrales, qui, garanties par l’Etat, attireront massivement les dépôts.

Deuxièmement, la Chine brandit le e-yuan comme emblème de sa lutte pour la suprématie mondiale. Elle revendique son avance technique et menace officiellement de déclencher une guerre de brevets. Les services bancaires à bas prix s’imposeront sur la Route de la soie et favoriseront la diffusion du yuan aux dépens des monnaies faibles. Le symbole d’une monnaie conquérante face à un dollar vieillissant vise le cœur de la doctrine Biden, fondée justement sur l’innovation et la concurrence contre la Chine dans l’ordre mondial.

Il faut donc s’attendre à ce que Washington autorise progressivement les stablecoins, mais à une échelle limitée et en attendant sa monnaie numérique de banque centrale. Celà permettra au régulateur de se familiariser avec les modèles commerciaux pour préciser sa réglementation, et pour mieux façonner le dollar numérique au regard des progrès chinois.

La Banque centrale européenne, quant à elle, se donne cinq ans pour lancer sa monnaie numérique sur le modèle chinois. Les Big Tech étant étrangères, elle veut préempter le marché des monnaies privées au profit de sa souveraineté monétaire. En contrepartie, son retard expose l’Europe à une lourde perte de souveraineté technologique. Pour limiter ce risque, l’euro numérique ne devrait pas être conçu comme un concurrent des monnaies privées, mais comme une plate-forme monétaire ouverte à l’innovation privée, quitte à en limiter la taille dans un premier temps.

Vincent Lorphelin est entrepreneur et coprésident de l’Institut de l’iconomie

Vincent Lorphelin finance la protection des start-up de la french tech (100brevets.tech) et accompagne la stratégie de propriété intellectuelle des entreprises innovantes (Venture Patents).

Voir son profil.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

man in grey crew-neck t-shirt smiling to woman on counter
Article précédent

La clé de l'économie contemporaine

Article suivant

Il faut une stratégie française pour le métavers

Derniers articles / La presse en parle